vitality

VITALITY donne par le jeu des repères clairs pour garder et booster la Santé et la Vitalité pour toute la vie et à tous les niveaux : physique, mental, émotionnel, créatif et intuitif.

Forest&Life vous invite à participer à la levée de fonds pour que VITALITY soit édité. Avec 1 000 jeux, ce sont 10 000 enfants qui bénéficieront de repères pour la vie!

Le principe du jeu est d’amener l’avatar TIVATA au maximum de sa Vialité, en répondant collectivement à des questions/quizz. Mais attention, dans le jeu il y a aussi des Tivonpas. Ils ne connaissent pas grand chose en matière de Vitalité, donc il va falloir déjouer leurs pièges !

Le VITALITY est idéal pour les enfants dès 7 ans. C’est un jeu avec Quizz de 240 questions-réponses, qui se joue entre enfants ou en famille et qui suscite des débats animés et enrichissants pour tous.

Forest&Life soutient ce jeu et ses créateurs, et a décidé de vous offrir un arbre au Togo pour chaque donation réalisée sur la plateforme KissKissBankBank. Vous pouvez participer au financement, à partir de 40€, vous recevrez un jeu. Toutes les contributions sont les bienvenues, les plus petites (à partir de 5€), le prix du jeu (40€) et les plus grandes… Plein de belles surprises vous attendent!

Aidez-nous à faire connaître VITALITY en le relayant dans votre communauté !

these-souleymane-2016

Souleymane Sy, membre du Programme Climat et Vie de Kinomé, vient de soutenir sa thèse en « Sciences du Climat et de l’Environnement » avec succès.

Souleymane est désormais docteur de l’Université Cheikh Anta Diop (Dakar) et de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris). Sa thèse, intitulée « Impact du changement d’occupation des sols passé et à venir sur la dynamique de la circulation de la mousson ouest africaine » est le fruit d’une rencontre, initiée par Kinomé entre Souleymane et plusieurs professeurs, M. Amadou T. Gaye du LPAOSF, M. Ousmane Ndiaye de l’Agence sénégalaise de la Météorologie, le Dr Nathalie de Noblet-Ducoudré du LSCE et le Dr Benjamin Sultan de l’IRD/LOCEAN. Et qu’ont-ils en commun ? Une question les fédère :  comprendre les impacts des changements d’usage des sols sur le climat de surface dans les régions semi-arides, et par conséquent sur les conditions de vie des populations locales. Par exemple, est-ce-que les nouvelles parcelles d’agriculture, qui remplacent les forêts primaires, ont réellement un impact sur la pluviométrie et le micro-climat local ?

Alors qu’avons-nous appris avec les travaux de Souleymane ? Ils ont mis en évidence une corrélation entre la déforestation et le climat de surface dans les pays touchés en Afrique de l’Ouest. Dans le Golfe de Guinée, depuis la fin du XIXème siècle, l’expansion des surfaces cultivées et de pâturages s’est effectuée au détriment des forêts. Cela a diminué l’indice de surface foliaire (qui représente la surface couverte par la végétation), une diminution de la rugosité de surface (qui influe sur l’écoulement de l’eau, du vent et donc sur la température) et une augmentation d’albédo (capacité à réfléchir la lumière). Le climat de ces régions a été affecté à la fois par ces changements mais surtout par l’augmentation globale des gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Et dans le futur ? Les simulations du projet CMIP5 ont révélé qu’au Sahel et en Afrique centrale, si la déforestation dépassait 10%, le climat de surface sera modifié de façon significative.

La 68ème assemblée générale des Nations Unies a déclaré 2015 comme l’Année Internationale des Sols. Dans le programme Forest&Life Togo les partenaires du mouvement agissent à leur manière pour protéger les sols.

Depuis début 2014, un projet de développement d’une filière « feuille de moringa » à impact social, économique et environnemental fort et durable a été mis en place dans les régions du Fiokpo (ouest du Togo) et de Tabligbo (sud du pays). Il inclut une partie recherche appliquée avec la mise en place d’une parcelle test de plantation de Moringa oleifera. Le protocole mis en place vise à mieux appréhender l’impacts de l’arbre sur la qualité des sols, la captation de carbone, et envisager l’association de la plantation de Moringa avec des cultures vivrières traditionnelles de la région afin d’améliorer les rendements agricoles.

Cette initiative est menée en collaboration avec le Laboratoire de botanique et d’écologie végétale de l’Université de Lomé (équipe du Professeur Kokou Kouami), chargé des expérimentations et analyses, et l’ONG locale Les Amis de la Terre-Togo (ADT-Togo) qui gère et mobilise les communautés autour du champ.

Les résultats aideront les agriculteurs à développer des systèmes agro-forestiers (association de cultures agricoles et forestières sur un même champ) autour du moringa, une gestion durable des sols, une protection des ressources en eau de la région et une alimentation saine pour les bénéficiaires.