Agrumes et sapotes se joignent aux plants existants au sein de nos pépinières. Une fois plantés ces nouveaux arbres possèdent des propriétés spécifiques et bien utiles…La greffe est une opération chirurgicale permettant la multiplication des arbres fruitiers.

Un arbre issu d’une
greffe possèdera les mêmes propriétés que l’arbre dont il est issu : résistant aux maladies, de petite taille pour une récolte facile, une grande quantité de fruits produite, de gros fruits savoureux qui plus est.

Les greffons possèdent les propriétés cellulaires des arbres adultes, permettant de réaliser la fructification. Alors qu’un oranger issu de graine met 5 ans avant de produire ses premiers fruits, la production de fruits des agrumes greffés commence dès 2 ans !

Pour le sapote (Matisia cordata), autre fruit comestible, l’enjeu est triple : le temps d’attente avant la première récolte passe de 10 ans à 5 ans, les arbres mesurent 6 mètres au lieu de 20 mètres et surtout on s’assure d’obtenir des plants femelles qui produiront des fruits. En effet, cette espèce est dioïque et seul le processus de greffe nous assure que nous plants fructifieront puisque le greffon a lui-même été sélectionné sur un arbre femelle produisant des fruits de bonne qualité.

Cependant la greffe nécessite un investissement important de départ pour l’achat du matériel et de la main d’œuvre pour la réalisation de la pépinière et de la greffe. De plus, il n’existe pas de plantation de plus de 10 ans suivie régulièrement (mortalité et croissance). On ne peut donc pas connaître la durée de vie d’une plante greffée. Toutefois il semblerait qu’elle soit plus courte.

Pour en apprendre davantage sur le greffage, consultez www.greffer.net.
Connue et employée depuis des milliers d’années, la greffe est applicable par tous, n’hésitez à vous renseigner sur cette technique pour enrichir vos propres vergers !

En savoir plus sur le programme Forest&Life Equateur…

Les arbres plantés entre 2011 et 2013 sont déjà bien grands et certains chunchos (Cedrelinga catanaeformis) mesurent déjà plus de 5 mètres !

Cette espèce, majoritaire dans nos plans de reforestation, présente, en plus de sa croissance rapide, plusieurs avantages : peu de mortalité à la plantation, un fût droit et très peu ramifié, un bois d’excellente qualité. Par ailleurs, cette espèce est fixatrice d´azote ce qui est très utile pour enrichir les sols !

Mais tous les arbres plantés ne sont pas aussi « irréprochables » que le chucho dans leur développement. Certaines essences destinée à devenir du bois  d’œuvre nécessitent un entretien : l’élagage.

Au cours des visites dans les parcelles reboisées, Ishpingo forme les agriculteurs à la taille des branches basses avant la bifurcation des arbres. L’élagage n’est, en soi, pas nécessaire à l’arbre, hormis pour l’ablation des branches mortes. On taille un arbre pour deux raisons : la sécurité urbaine ou le rapport forestier, à savoir la nécessité d’obtenir le plus long fût possible exempt de rameaux dans l’optique d’en faire du bois d’œuvre.

En savoir plus sur le programme Forest&Life Equateur…

Flore Moser, Directrice de l’ONG équatorienne Ishpingo partenaire du programme Forest&Life témoigne.« Au cours d’une visite de suivi au sein des parcelles plantées grâce au partenariat entre Ishpingo et le programme Forest&Life Equateur en 2011 dans la communauté de Union Venecia et plus particulièrement dans la famille Andi, nous avons pu voir des arbres déjà grands, les plants d’Araza et de Borojo ne devraient plus tarder à donner leurs premiers fruits ! Les Achiotillos mesurent dans certaines parcelles déjà plus de 3 mètres, nous avons procédé à leur taille afin de favoriser leurs ramifications, ces arbres devraient produire des fruits dès l’année prochaine.

Une visite de notre ferme expérimentale a été organisée avec ce groupe d’agriculteurs participant au programme d’agroforesterie mis en place par notre ONG, Ishpingo. L’objectif était de leur expliquer la taille, l’apport d’engrais et l’entretien à donner à leurs vergers.

Face au succès de leurs plantations et voyant leurs efforts récompensés, une dizaine de personnes de cette famille nous a sollicité, leur souhait est de réaliser une nouvelle pépinière en 2015, d’où seront issus encore plus d’arbres à planter dans leurs parcelles ! La première minga, journée de travail collective, doit avoir lieu début mai afin de créer cette nouvelle pépinière. »

L’ONG équatorienne Ishpingo qui a planté des arbres avec Forest&Life jusqu’à fin 2013, assure le suivi rigoureux des plantations.

Les parcelles ont été visitées et des plants supplémentaires ont été apportés aux producteurs pour qu’ils puissent replanter les arbres morts. Le taux de mortalité n’excède, cette année, pas les 20 % et la plupart des parcelles sont bien entretenues. Un groupe de paysans qui a participé aux plantations en 2011 a même souhaité reprendre le projet et a demandé 1000 plants supplémentaires. En effet, les arbres plantes il y a 3 ans ne nécessitent plus d’entretien au sol et les agriculteurs peuvent aujourd’hui évaluer l’amélioration de leurs condition de vie grâce à ces arbres. Certains décident donc d’augmenter leur exploitation et de planter plus d’arbres. 
Les paysans ayant participé aux plantations en 2013 ont , eux, reçu des conseils pour assurer la survie de leurs arbres. De plus, une équipe d’Ishpingo organisera le remplacement des arbres morts, au cours du premier semestre 2015.