L’arbre au service de la vie


La clé d’entrée : l’arbre

Les arbres Forest&Life sont des arbres « utiles » pour les villageois : arbustes en clôture des champs pour éviter que les animaux ne viennent manger les récoltes, arbres qui poussent rapidement pour approvisionner en bois de chauffe les ménages, arbres fruitiers pour améliorer leur alimentation et leurs revenus dès 3 à 5 ans, arbres disparus autrefois utilisés dans la médecine traditionnelle, arbres le long des routes ou près des maisons pour apporter de l’ombre ou tout simplement les embellir… Les villageois sont formés et accompagnés pour récolter et valoriser les produits des arbres.

Les arbres sont choisis par les villageois en fonction de leurs bénéfices immédiats et positifs sur leur vie quotidienne, car ce sont eux qui savent de quels arbres ils ont besoin pour vivre. Parce que les arbres ont ainsi suffisamment de valeur aux yeux de villageois, ils sont entretenus avec soin : les villageois veillent à ce que l’arbre ne soit pas mangé par la première chèvre qui passe (ce qui est clé dans des pays où les troupeaux errent), le protègent, l’arrosent et le remplacent si besoin.


L’arbre Forest&Life est un vecteur de développement dans les villages où il est planté et la base d’une économie rurale pérenne

Adultes, enfants, femmes et hommes des villages sont accompagnés, formés, sensibilisés, et suivis par les équipes de Forest and Life sur le terrain. Ces étapes sont clés pour la réussite du programme, son appropriation par la population locale, et sa démultiplication autonome, c’est à dire le fait que les populations locales reproduisent spontanément les activités du programme ailleurs. C’est là le rôle clé des équipes de Forest and Life, en prise directe avec les réalités, les contraintes mais aussi les ressources insoupçonnées du terrain: connaissances ancestrales de la nature, adaptabilité, solidarité…


Forest&Life c’est planter et protéger !

Pour lutter efficacement contre la déforestation, il faut à la fois protéger les forêts existantes et en créer de nouvelles : l’un ne va pas sans l’autre ! Le principe est simple : la meilleure façon de protéger une forêt est de planter près des villages les arbres dont les gens ont besoin et qu’ils allaient précédemment couper dans la forêt de façon plus ou moins illicite. Ainsi par exemple, planter un bosquet d’eucalyptus à la sortie du village évite souvent que des arbres rares et anciens ne soient coupés de nuit dans la forêt pour faire du feu.


 

Grand cercle de protection par RNA_crédit Kinomé 2014

Dans les zones de forêt sèche par exemple, la protection de la forêt est beaucoup plus efficace et moins couteuse (avant d’être planté un arbre doit être cultivé et irrigué en pépinière plusieurs mois) que la plantation.