L’agroécologie est une notion récemment utilisée en Afrique. L’agroécologie consiste en une intensification écologique et durable de la production agricole, en mettant l’accent sur la productivité de la terre et du travail puis l’augmentation des revenus des agricultures familiales. La transition agroécologique implique d’accompagner les producteurs afin qu’ils fassent évoluer leurs systèmes de production en mobilisant au mieux les processus écologiques qu’offre la nature (recyclage des biomasses, fixation symbiotique de l’azote, etc.), et en réduisant l’usage des intrants de synthèse tout en cherchant à les utiliser de manière plus efficiente.
Dans le cadre du projet OPASASE-Togo mené par l’Unité Technique Café Cacao (UTCC) et le Laboratoire de Recherche Forestière (LRF) en collaboration avec Kinomé et Le Mouvement Forest and Life, les planteurs de caféiers et de cacaoyers au Togo bénéficient d’appuis spécifiques pour la reforestation des agroforêts, la restauration du couvert végétal (ombrage dans les caféiers et les cacaoyers) et le réglage de l’ombrage dans ces vergers afin d’améliorer leur productivité (services et biens écosystémiques).

A ce jour, 6500 essences agroforestières (2000 plants d’Erythrophleum guineensis, 1000 plants de Terminalia superba et 3500 plants de Samanea saman) ont été mises en terre dans une centaine de vergers de caféiers et de cacaoyers de la zone forestière du Togo. Tout ce processus est accompagné par des appuis-formatifs pour la mise en terre et l’entretien de ces plants. Cette action vise à contribuer à lutter contre la pauvreté des populations vulnérables dans la zone, améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et renforcer la résilience des exploitations familiales face aux effets du changement climatique et leurs conséquences.

Le programme La forêt des enfants se déploient en France grâce au soutien de nos partenaires engagés pour la forêt et au partenariat avec l’Office National des Forêts (ONF), pour permettre aux écoliers français de découvrir la forêt et de la restaurer ! Merci et bravo à :

Grâce à la fondation Léa Nature Jardin Bio’, 6 classes vont replanter sur 2 ans 2 000 arbres dans la forêt de Bercé (département de la Sarthe), et parrainer 4 000 arbres utiles au Togo. La Fondation Léa Nature Jardin Bio’ a par ailleurs renouveler son engagement pour soutenir le programme Forest&Life au Togo, où plus de 20 000 arbres ont déjà été parrainés en 2015, et contribue à développer la forêt des enfants sur son territoire de Périgny, en partenariat avec la Mairie de la Rochelle et Kinomé-Forest&Life, depuis 2013.

Grâce à l’entreprise Triballat Noyal via sa marque Petit Billy sur 3 ans, 9 classes vont contribuer à la replantation de 7 500 arbres dans la forêt de Bercé (département de la Sarthe). Triballat Noyal est par ailleurs déjà engagée au Togo avec Forest&Life et l’ONG Inades Formation, dans un vaste programme de reboisement communautaire.

Grâce à l’entreprise Berto, 6 classes vont replanter 1 600 arbres sur 2 ans dans la forêt du Mont Ventoux (département du Vaucluse) et parrainer 3 200 arbres au Pérou, où l’entreprise a déjà parrainé la protection de plus de 120 000 arbres avec Forest&Life.

Grâce à l’entreprise Humanis, 4 classes vont replanter 3 000 arbres dans les forêts du Nord et dans les forêts d’Ardèche. Les collaborateurs de l’entreprise seront invités à participer aux journées de plantation pour « soigner » ces grandes forêts malades. Par solidarité internationale, Humanis est par ailleurs déjà engagée au Togo avec Forest&Life depuis 2015, où plus de 10 000 moringa (« arbre santé ») ont été plantés pour améliorer la vie des populations locales, et en particulier la nutrition des enfants.

En décembre dernier, les élèves de trois classes de l’école de Marigné Laillé (dans la Sartre), ont planté 1000 arbres dans la forêt domaniale de Bercé. Pour chaque arbre planté en France, 2 seront plantés au Togo.

Les jeunes français, ont partagé leur expérience dans des lettres adressées aux élèves de l’école de Kagnigada au Togo. La correspondance démarre entre les classes !

En mission au Togo, Kinomé a déposé en mains propres les correspondances aux enfants, éveillant joie et curiosité. Ravis de découvrir en photo leurs correspondants, de lire leur expérience, et de découvrir en images les forêts françaises, de multiples questions ont émergé : « Quels arbres ont été plantés ? « Trouve-t-on également des manguiers et des bananiers en France ? ». Les jeunes togolais, désireux de mieux connaître leurs correspondants français, sont en train de préparer leur réponse, sous forme de lettres et de courtes séquences vidéos.

Le projet prévu sur 2 ans (replantation de 2000 arbres à Bercé avec 6 classes, 4000 arbres au Togo, avec 6 classes) a le soutien de la fondation Léa Nature Jardin Bio’ et réunit un ensemble de partenaires : Kinomé, l’ONF, la commune de Marigné Laillé, et l’Inspection Académique.

Au même moment, les correspondances entre les 36 classes participantes au programme Forest&Life dans les landes, communiquent avec trois établissements scolaires du Gabon!

 

La Semaine Planétaire pour un Monde Meilleur, fêtée au mois de juin chaque année (2 au 10 juin 2018 pour cette année), permet de faire prendre conscience à tous les êtres humains qu’ils possèdent, en eux, le potentiel nécessaire à rendre notre monde meilleur. Lors de cette semaine particulière, chacun, où qu’il soit sur la planète, est invité à prendre des initiatives pour créer et célébrer plus de joie et de bonheur pour lui et les autres.
Kinomé y contribue chaque année, par des actions simples, des échanges et des engagements concrets.

Nous vous invitons à une soirée découverte de la Semaine Planétaire pour un Monde Meilleur le :

lundi 9 avril de 18h à 20h30

dans l’amphi 1 du Campus du Jardin d’Agronomie Tropicale (5 min à pied du RER A Nogent sur Marne).
Nous vous attendons nombreux !

En savoir plus : http://www.the-planetary-week.org

Le dispositif de suivi et d’accompagnement des producteurs du programme EESF avec l’appui de Kinomé a permis aux producteurs du département de Foundiougne de reboiser 454 158 arbres actuellement en vie.

Le dispositif de suivi et d’accompagnement des producteurs du programme EESF avec l’appui de Kinomé a permis aux producteurs du département de Foundiougne de reboiser  454 158 arbres actuellement en vie.Tout d’abord, démarrage en 2008 des activités de reboisement avec le jatropha qui représente aujourd’hui 94,14 % des espèces reboisées. Le reboisement du jatropha a permis de régler beaucoup de problèmes socio-économiques et environnementaux tels que:

– Divagation du bétail (protection des plantations, limitation des conflits agro-pastoraux) ;

– Protection de l’environnement (dispositif antiérosif, enrichissement du sol, lutte contre les changements climatiques) ;

– Activités génératrices de revenus (vente de graines).

 

Puis en 2012 démarrage d’une diversification sélective avec des espèces d’utilité capitale pour la population locale, aussi bien d’un point de vue environnemental qu’économique. Les espèces de diversification sont Eucalyptus, Moringa, Citronnier et Goyavier. Cette diversification représente globalement 6% des espèces reboisées. Mais les objectifs de production d’arbres pour 2018 laissent présager une nouvelle orientation privilégiant la diversification ainsi que l’introduction de nouvelles espèces telles que l’anacarde qui est actuellement incontournable du point de vue économique.

 

Kinomé est installée sur le site historique du Jardin d’Agronomie Tropicale de Paris (JATP) – René Dumont, de Nogent-sur-Marne, aux côtés d’organisations activités sur les thématiques du développement durable et de la coopération internationale.

 

Aujourd’hui, ces 18 organisations sur le campus du JATP ont la volonté de créer un lieu de capitalisation, de partage et d’approfondissement scientifique sur le développement durable : la Cité du Développement Durable.

Les principaux objectifs de la Cité du Développement Durable sont de :
• proposer une approche intégrée des risques de non-durabilité du développement, que ceux-ci proviennent des enjeux liés aux « biens publics globaux », de la dégradation des environnements locaux et globaux (changement climatique), de la pauvreté et des inégalités croissantes ou de la mondialisation ;
• améliorer la prise en compte par les décideurs des pratiques innovantes des acteurs du développement et des acquis scientifiques de la recherche et des pouvoirs publics, du secteur privé marchand, des ONG/ESS, des citoyens…). Cette approche pourrait privilégier l’analyse de «success stories»;
• améliorer la prise en considération des demandes locales, par des méthodes favorisant l’inclusion de toutes les parties prenantes dans les programmes et les projets;
• renforcer la présence française dans les arènes des débats internationaux : COP, GIEC, IPBES, AIE, FAO, UE, Banque mondiale, UNEP, UNDP, G20;
• construire un outil de partage des savoirs de « terrain » et des savoirs scientifiques sur des thèmes d’intérêt commun de façon à décloisonner le « monde du développement » et fédérer les différentes catégories d’acteurs au service d’un développement inclusif (recherche-enseignement, pouvoirs publics, secteur privé marchand, ONG/ESS, citoyens…).

Pour en savoir plus sur la cité du Développement Durable et rencontrez les organisations membres (dont Kinomé) venez nous rencontrer au salon PRODURABLE mercredi 4 et jeudi 5 avril (Stand N°D37) !

Une étude a permis de comprendre les raisons de l’acception ou non de certaines essences forestières par les producteurs de café-cacao dans la zone forestière du Togo. On en déduit plusieurs résolutions dont la non maitrise de la distinction par les producteurs des essences agroforestières des espèces fruitières, les difficultés de reproduction des essences agroforestières et la difficulté de disposer des semences de qualité. Pour les producteurs, c’est une réelle opportunité de se faire former par les équipes de l’Unité Technique Café Cacao (UTCC) et le Laboratoire de Recherche Forestière (LRF), partenaires de Forest&Life.

On a donc en perspective, la formation des jeunes et femmes dans les villages enquêtés et l’appui à la mise en place dans chaque zone de véritables pépinières des arbres agroforestiers que le milieu préfère. Tout ce permettra d’étendre le couvert forestier dans les cacaoyers et les caféiers avec des essences préférées dans chaque zone. La collecte des semences est en cours !

De nouveaux candidats pour participer à la Campagne V (2018-2019) Au cours du mois de décembre 2017, des élections communales se sont déroulées dans la communauté rurale de José Ignacio Távara Pasapera, où le président sortant, Juan Rivas Peralta, a été réélu pour la période 2018-2019. Familier du travail de l’ONG péruvienne AIDER et de Kinomé dans le cadre du mouvement Forest&Life, il a exprimé sa volonté de renforcer ses relations avec les deux organisations et espère pouvoir développer des projets productifs et durables. Des nouvelles encourageantes pour la prochaine campagne de Forest&Life !

En savoir plus sur le programme Forest&Life au Pérou : c’est ici
Parrainez des arbres

 

Les habitants des communautés du Bosque Seco de la région de Piura, au nord du Pérou, mettent actuellement en œuvre des activités de régénération naturelles assistée (RNA*) et bénéficient en retour du financement de projets collectifs. Les participants de la communauté de Santiaguero ont récemment rempli l’objectif de 12 457 arbres protégés. Ils ont donc pu financer leur projet collectif : l’installation de panneaux solaires pour chauffer l’eau du puit. Deux sessions de formation ont permis aux habitants d’apprendre plus sur le fonctionnement de l’installation et son entretien. Des six accords de conservation pour les projets collectifs de la Campagne IV, quatre d’entre eux ont atteint leur objectif de protection. Les deux restants sont en cours de réalisation seront finalisés entre janvier et février. Fin décembre, les bénéficiaires avait déjà permis la protection de 45 124 arbres, soit plus de 74% de l’objectif fixé. Bravo à eux !

*La RNA est une méthode traditionnelle visant à provoquer et stimuler la régénération naturelle de la végétation ligneuse, et permet ainsi la préservation et la restauration de la forêt sèche.

En savoir plus sur le programme Forest&Life au Pérou : c’est ici
Parrainez des arbres

A la découverte des arbres de l’Arboretum Raponda Walker !

Fiche 1 : L’Okoumé L’okoumé (nom commercial) appartient à la famille des burcéracées.

Il est quasi endémique au Gabon. En visitant les sentiers de découverte du Bois des Géants à l’Arboretum Raponda Walker, le visiteur sera émerveillé par l’abondance de cet arbre tout au long du parcours. C’est un grand arbre avec des contreforts courts à la base du tronc, il peut atteindre 30 à 40 mètres de hauteur. On le reconnait de loin par sa robe brunâtre et écailleuse.

Utilisations : Le bois de l’okoumé est très fréquent et utilisé au Gabon pour le feu, la fabrication des meubles et des pirogues, des objets d’art, la décoration d’intérieur et surtout dans la fabrication des contreplaqués. La résine blanchâtre qui coule de l’écorce de l’okoumé brule très bien et est utilisée pour la fabrication des torches indigènes et pour allumer le feu. Elle aussi utilisée par les pêcheurs artisanaux pour colmater des trous et des fentes dans les pirogues. Pour ses vertus thérapeutiques, la résine d’okoumé est utilisée pour soulager les maux de ventre et améliore la digestion.

En savoir plus sur le programme Forest&Life au Gabon : c’est ici